Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accident de train d'Eseka RFI
Pour Camrail, le concessionnaire du réseau ferroviaire du Cameroun, il s’agit d’une enquête interne. Et du côté des procureurs, c’est une enquête judiciaire pour homicide involontaire contre inconnu.

À l’enquête prescrite par Paul Biya, le Président de la République, pour élucider les circonstances de l’accident de train survenu le 21 octobre dernier à Eséka, vient s’ajouter d’autres enquêtes visant toutes le même but. Dans son édition du 3 novembre 2016, le quotidien Le Jour rapporte qu’actuellement, Camrail, le concessionnaire du réseau ferroviaire au Cameroun, mène une enquête interne ainsi que les Procureurs d’Eséka et d’Ekounou à Yaoundé.

Pour ce qui est de Camrail, filiale du groupe Bolloré, au cours d’un point de presse, Éric Melet, le président de Bolloré Africa Railways, a déclaré à la presse que «le train n’était pas en surcapacité, même si le nombre de wagons du convoi avait été augmenté pour faire face à la forte demande». Le journal souligne que dans son propos, il a affirmé que «l’excès de vitesse serait une cause». Toutefois il faudra attendre la conclusion de l’enquête qui y est en cours.

Concernant les Procureurs d’Ekounou à Yaoundé et d’Eséka, Le Jour dit qu’ils ont ouvert une enquête judiciaire pour homicide involontaire contre inconnu. Et ce, sur instruction du Procureur général près la Cour d’appel du Centre. Cette enquête est donc menée conjointement par la police et la gendarmerie sous la coordination  du parquet. La précision faite est que les enquêteurs de la police judiciaire et ceux du Service central des recherches judiciaires  de la gendarmerie nationale ne s’arrêtent pas au seul conducteur du train 152.

se rapproche t on du train 666 qui represente la mort ? avec decembre qui avance à pas de geant

se rapproche t on du train 666 qui represente la mort ? avec decembre qui avance à pas de geant

Partager cet article

Repost 0