Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Ministre de la Communication et le Secrétaire Général à la Présidence de la République, solidaire, ont saisi l’occasion de faire appliquer quelques lignes de la Circulaire n°002 Cab/PR du 27 avril 2001, relative au devoir de solidarité gouvernementale, contre Serge Florent Atangana Bisso, journaliste à la Cameroon Radio Television (CRTV).

Pour, les Ministres de la Communication (MINCOM), Issa Tchiroma Bakary, et le Secrétaire Général à la Présidence de la République (SGPR), Ferdinand Ngoh Ngoh, Serge Florent Atangana Bisso, journaliste à la Cameroon Radio Television (CRTV) se serait rendu coupable d’impéritie sur les ondes de la télévision d’État. Selon le journal Le Courrier du 2 novembre 2016, ses récents papiers auraient eu pour les deux personnalités, «une saveur aigre, et auraient eu le don de fâcher durablement le sommet de l’État».

Dans un de ses reportages, rappelle le journal, le journaliste avait cru important d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur l’imminence du potentiel effondrement d’un ouvrage d’art sur l’axe routier reliant Yaoundé à Bafoussam. Cette alerte «pertinente, mais osée» intervenait à point nommé après que les buses placées sous le pont de la rivière Manyaï, près de Matomb dans le Département du Nyong-et-Kelle aient cédé le 21 octobre 2016, laissant une énorme tranchée qui a paralysé le trafic interurbain dans les deux sens, entre Yaoundé et Douala. Selon Serge Florent Atangana Bisso, cet effondrement serait à l’origine de la catastrophe ferroviaire d’Eséka, quelques heures après, et qui a fait de nombreux morts.  

Ainsi présenté, le papier du journaliste aurait fait sortir le SGPR de ses gonds. De certaines indiscrétions, on apprend que, choqué par la plus-value de ce reportage, Ferdinand Ngoh Ngoh, aurait saisi Issa Tchiroma Bakary pour qu’à son tour, le Ministre de la Communication saisisse Charles Ndongo le Directeur Général de la CRTV, afin qu’il rappelle à l’ordre Serge Florent Atangana Bisso. Dans la foulée de ces communications alarmistes, une réunion d’urgence aurait été convoquée au siège du média national à Mballa II, où aurait régné une ambiance électrique.

la verité a  t elle des ordres à respecter  ou une ligne de conduite à suivre ?

la verité a t elle des ordres à respecter ou une ligne de conduite à suivre ?