Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Akere Muna W. MUSA
Pour l'ancien bâtonnier de l'Ordre des avocats du Cameroun, la suspension volontaire de l’accès à internet des deux régions anglophones du Cameroun constitue une violation claire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.

Les deux régions anglophones du Cameroun, à savoir: le Nord-Ouest et le Sud-ouest sont privées du réseau internet depuis le 17 janvier 2017. La suspension de ce précieux outil de communication avait été décidée par le gouvernement pour limiter la propagation des images et des informations sur les manifestations qui ont secoué ces régions du pays pendant plusieurs mois.

Pour Maitre Akere Muna, ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats du Cameroun, cette suspension volontaire de l’accès à internet des deux régions anglophones du Cameroun constitue une violation claire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et de la Résolution du 5 juillet 2012 sur la promotion, la protection et l’exercice des droits de l’Homme sur internet. « Cette dernière appelle tous les Etats membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU) à « promouvoir et faciliter l’accès à l’internet et la coopération internationale dans l’optique du développement des médias et des systèmes d’information et de communication dans tous les pays », rappelle le célèbre avocat camerounais.

Maitre Akere Muna convoqué récemment au Secrétariat d’Etat à la Défense chargé de la Gendarmerie pour être entendu sur la crise anglophone, estime que « La coupure du réseau internet dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun a pour principale conséquence de réduire au silence une partie de la population camerounaise, au risque de compromettre sérieusement leurs moyens de subsistance ». Il évoque notamment  des pertes financières estimées à ce jour à plus d’un million de dollar et le préjudice subi par de nombreux entrepreneurs dont « ceux de la « Silicon Mountain » qui font notre fierté à l'international ».

Il conclue qu’il est temps que le Cameroun honore ses engagements internationaux en restaurant  dans l’urgence internet dans ces deux régions du Cameroun.

La sortie de Maitre Akere Muna

 "La suspension volontaire de l’accès internet qui touche depuis près de 75 jours les deux régions anglophones du Cameroun constitue une violation claire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et de la Résolution du 5 Juillet 2012 sur la promotion, la protection et l’exercice des droits de l’Homme sur l’internet. En effet, cette dernière appelle tous les Etats membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU) à « promouvoir et faciliter l’accès à l’internet et la coopération internationale dans l’optique du développement des médias et des systèmes d’information et de communication dans tous les pays ».

Par cette action, le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU affirmait « que les droits dont jouissent les personnes hors ligne doivent également être protégés en ligne, en particulier le droit de toute personne à la liberté́ d’expression, qui est applicable sans considérations de frontières et par le moyen de son choix, conformément aux articles 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques ».

La coupure du réseau internet dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun a pour principale conséquence de réduire au silence une partie de la population camerounaise, au risque de compromettre sérieusement leurs moyens de subsistance. Que dire des pertes financières estimées à ce jour à plus d’un million de dollar et du préjudice subi par de nombreux entrepreneurs dont ceux de la « Silicon Mountain » qui font notre fierté à l'international.

Partager cet article

Repost 0