Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les concernés sont accusés d’être à l’origine de la rumeur selon laquelle des militaires camerounais aurait tué plus de 90 Nigérians dans cette localité.

Le chef Nasei Ekon du village de Njabame I et le chef Nyong Etim de Njabame II, ont été démis de leurs fonctions cette semaine. Ils sont accusés d’avoir colporté des rumeurs selon lesquelles des militaires camerounais auraient tué près de 97 Nigérians sur la presqu’île de Bakassi. La décision de leur suspension est de l’officier divisionnaire principal de Ndian, Etta Mbokaya Ashu, a-t-on appris de sources médiatiques.

En effet, la nouvelle s’est répandue il y a quelques jours, mettant en cause des actes d’agression commis par des soldats camerounais sur des civils nigérians pour non-paiement des taxes.

Diffusée par des médias nigérians, l’information a été démentie par le ministre camerounais de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, et par le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama. Le premier a fait savoir qu’aucun décès ni aucune expulsion de Nigérians n’a eu lieu dans la localité d’Idabato à Bakassi.

Le deuxième a, pour sa part, indiqué que le chiffre 97 correspond au nombre de Nigérians morts à Bakassi depuis 2008. En d’autres termes, les allégations sur l’assassinat de près de 100 ressortissants nigérians ne sont pas fondées.

NB: les ressortissants étrangers vivants au Cameroun sont assujettis au strict respect des dispositions légales pertinentes régissant leur séjour ou l’exercice de leurs activités économiques sur le territoire national.

Quant aux ressortissants nigérians, ils ne bénéficient plus du régime d’exemption fiscal mis en place avec les accords de Green Tree depuis le 14 aout 2013.