Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Camair-co va-t-elle définitivement fermer ses portes d’ici peu? On pourrait bientôt répondre par l’affirmative si la perfusion financière espérée de la part du gouvernement n’est pas effective.

Dans une correspondance, estampillée «Très Urgent» adressée le lundi 13 juin 2016 au Ministre des Finances, le Directeur général de la Camair-co a fait le point sur la situation très alarmante de la Compagnie aérienne camerounaise. Une dette de plus de cinq milliards de FCFA à payer dans les plus brefs délais si non, les avions exploités par Camair-co ne pourront plus décoller.

Et pourtant, «Le Dja», surnom du Boeing 767-300, le fleuron de la flotte Camair-co en réparation depuis novembre 2015 en Ethiopie, est depuis la semaine dernière, redevenu disponible et prêt à être exploité. Son premier vol depuis sa sortie des ateliers d’Ethiopian Airlines avait d’ailleurs été programmé pour ce dimanche 19 juin 2016. Sauf que, cet unique avion long-courrier de Camair-co est encore cloué au sol pour facture non réglée. Afin qu’il reprenne les airs, Nana Sandjon Jean Paul, le Directeur général de la compagnie aérienne nationale a sollicité l’aide du Ministre des Finances.

«J’ai l’honneur de porter à votre connaissance que les travaux de visite technique «Check - C» du Boeing 767-300 ER, le Dja en Ethiopie sont maintenant terminées et le retour de cet aéronef au Cameroun est prévu le samedi 18 juin 2016 et la remise en exploitation commerciale à partir du dimanche 19 juin 2016. Tel que nous l’avons mentionné dans une précédente correspondance, les créances de l’Ethiopian Airlines (1 milliards de FCFA), de Honeywell (900 millions de CFCA), de Willis Lease et AJW (475 millions de FCFA), totalisant 2,375 milliards de FCFA doivent préalablement être payées avant la remise en service du Dja. En effet, Ethiopian Airlines (maintenance du Dja), Honeywell (données de navigation aériennes), et Willis-Lease/AJW-Aviation (location des deux moteurs) ne sont plus disposés à accorder le moindre délai de paiement. Le Dja ne pourra par conséquent, ni rentrer au Cameroun alors que les travaux sont maintenant terminés, ni remis en exploitation si le montant susmentionné n’est pas entièrement payé» a expliqué le parton de Camair-co à l’argentier du gouvernement camerounais.

Dans la même correspondance, Nana Sandjo Jean Paul dévoile aussi la menace reçue du loueur des deux Boeings actuellement exploités par sa compagnie. «Par ailleurs, A.C.G, le loueur des Boeing 737-700 vient de nous envoyer une mise en garde relative au non-paiement des factures arrivées à échéance, pour un montant de 1, 480 milliards de FCFA. Il y a un risque imminent de saisie d’un de nos Boeings 737-700 si les créances de ce loueur ne sont pas elles aussi payées immédiatement».

En dehors d’Ethiopian Airlines et d’A.C.G, d’autres prestataires sont aussi impatients, tout comme les employés Camair-co qui vont bientôt à deux mois sans salaires.

«Aux difficultés susmentionnées s’ajoutent, le DEPOSIT à verser à IATA pour l’adhésion au Clearing House (250 millions FCFA), la provision Tradex (500 millions de FCFA), Aurona Aviation pour le Jet-A1 à CDG (200 millions de FCFA ), AJW-Aviation pour le support équipement (400 millions de FCFA), Alyzia pour le Ground Handling à CDG (350 millions de FCFA), les salaires du personnel pour le mois de Mai 2016 (500 millions de FCFA), ainsi que les différentes créances des autres partenaires bloquants de Camair-co. Le montant total des besoins exprimés ci-dessus s’élève à 5 milliards 445 millions de FCFA» a conclu Nana Sandjo.

Nana Paul Sabin

Ci-après, Copie de la correspondance adressée au Ministre des Finances:

CAMERCO aux portes de la fermeture

CAMERCO aux portes de la fermeture