Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le leader politique Kah Walla et les militants de plusieurs partis d’opposition jetés en cellule après une interpellation musclée.

Toute activité de l’opposition est-elle interdite par le gouvernement dans la capitale politique Yaoundé ? L’on pourrait répondre par l’affirmative. Une dizaine de jours après avoir violemment empêché la tenue d’une conférence de presse organisée par quatres formations politiques (MRC, UPC, CPP, Univers) au siège du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), la police a encore dispersé ce matin du 8 avril 2016 au quartier Biyem Assi à Yaoundé, une campagne de sensibilisation de la population dénommée «Vendredi en noir» organisée par l’opposition. «10 militants du MRC et du CPP ont été interpellés au carrefour Accias à Biyem Assi alors qu'ils s'apprêtaient à distribuer des tracts de sensibilisation sur le Vendredi en Noir. Kah Walla, venue pour les soutenir au GMI de Tsinga a été elle aussi arrêtée et mise en cellule. Après avoir été entendus, ils ont été conduits à la DPRJ où ils sont détenus. On leur reproche des faits d' "insurrection et de rébellion". On leur annonce une garde à vue de 48h», témoigne Franck Essi, cadre du CPP, le parti politique que dirige Kah Walla.