Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une cinquantaine de directeurs, sous-directeurs, et chefs de division en service au ministère des Finances, dont l’âge de départ à la retraite est arrivé, est prié de libérer leur bureau. C’est la substance d’une note du ministre Alamine Ousmane Mey adressée à ces derniers.

Selon la note relayée par le journal La Météo en kiosque jeudi 3 mars 2016, le MINFI écrit: «j'ai l'honneur de vous faire connaitre que, conformément à la réglementation en vigueur, vous avez atteint l'âge dans votre cadre pour faire valoir vos droits à la retraite (...) Je vous invite, au cas où vous ne l'auriez pas encore fait, à remettre dès réception de la présente note les clés de votre office, ainsi que tous autres matériels et documents de service encore en possession, à votre supérieur hiérarchique direct».

L'on se souvient que le Premier ministre Philemon Yang, lors du conseil de cabinet du jeudi 29 octobre 2015, avait instruit à tous les ministres de prendre des dispositions pour que les personnels ayant atteint l'âge de la retraite, quel que soit leur poste de responsabilité, libèrent dans les meilleurs délais et sans autre forme de procédure les bureaux qu'ils occupent. Plusieurs de ces retraités occupant des fonctions nominatives avaient été par la suite notifiés par un arrêté du ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, Michel Ange Angouing.

Avant le ministre des Finances, seul le ministre des Enseignements secondaires, Jean Ernest Ngalle Bibehe Masséna, avait pris l’initiative de faire appliquer les recommandations du Premier ministre. Pour plusieurs observateurs, à travers cet acte courageux, Alamine Ousmane Mey ne fait que respecter à la lettre les directives du Premier ministre, chef du gouvernement, et par ricochet la politique de la nation telle que définie par le président de la République.

L’instruction du MINFI ferait des gorges chaudes parmi les personnalités conviées à libérer le plancher. «Celles-ci estiment, en effet, qu'elles sont poussées à la porte de façon inélégante», indique La Météo. L’on apprend en effet dans les colonnes du journal que le directeur des Ressources financières, Joseph René Ako'o, le sous-directeur des affaires générales, Sanda Mohamadou et le directeur des Ressources humaines, le Mme Eteki Désirée, seraient restés cloitrés dans leur bureau, refusant de décamper.