Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les coupures intempestives d’énergie électrique observées depuis le début de cette année 2015 coûteront très cher à Eneo, le concessionnaire du service public d’électricité au Cameroun. L’entreprise chargée de la production, du transport et de la distribution de l’énergie électrique au devrait s’attendre à des pénalités plus élevées que celles payées pour le compte des deux années précédentes: 11 milliards en 2013 et 4 milliards en 2014.  «Je peux vous dire qu’avec tous les délestages qu’on a connus, il y a de fortes chances que la pénalité de 2015 soit un peu plus élevée, puisque ce sont ces éléments qui constituent la pénalité», a indiqué Jean Pierre Kedi, Directeur général de l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (Arsel) dans une interview accordée à Cameroon Tribune.

Selon le patron de cette organisation, ces pénalités régulièrement infligées pour la qualité approximative du service ne sont pas encaissées par le régulateur. Elles  permettent, explique-t-il, de stabiliser le prix du KW d’électricité au Cameroun depuis plusieurs années. «Lorsque le tarif est stable, il faut savoir que le régulateur a fait quelque chose. Parce qu’en simple logique économique, votre tarif doit augmenter chaque année du taux d’inflation. C’est-à-dire que lorsque vous êtes dans un environnement économique où il y a une inflation de 2% l’année, ça veut dire que tous les éléments productifs ont une valeur haussière. Dès le moment où le tarif à la fin de l’année ne reflète pas les 2%, ça veut dire que quelqu’un, quelque part, a absorbé l’effet des 2% d’inflation», indique le DG qui tient à ce que ces sanctions

Hollande doit faire d'abord le menage chez lui avant de venir nous faire une lecon de morale

Hollande doit faire d'abord le menage chez lui avant de venir nous faire une lecon de morale

Partager cet article

Repost 0